Tory Lanez – Chixtape 4 | Critique

La deuxième mixtape sortie par le canadien rappelle le R’n’B des années 90 en y apportant une touche plus moderne, mais qui se veut peut-être plus destinée aux fans pur et durs. 

Seconde mixtape délivrée en ce début d’année par le canadien Tory Lanez, Chixtape 4 se veut être la plus proche de sa sensibilité R’n’B, qu’il avait déjà pu montrer au cours de mixtapes, d’un EP et de son premier album sorti l’année dernière. L’occasion d’entendre de nouveau le Torontois pousser la chansonnette, chose qu’il pratique avec une certaine habileté.

Lanez réalise avec Chixtape 4 une sorte de « mixtape blind-test » où l’auditeur pourra deviner quels anciens morceaux le canadien a utilisé pour son propre rendu. En effet, composée de 12 titres (dont une intro et un skit), la tape est en grande partie composée de remixes de tubes R’n’B des années 90, début 2000, retravaillés par Tory à sa sauce avec quelques ingrédients remis au goût du jour.

Ainsi « 1 Call » reprend « One Call Away » de Chingy, « Need A Girl » remixe « I Need A Girl » de P. Diddy et Usher, « Whats Luv » le titre « What’s Love » de Fat Joe et Ashanti, « Ignition » le morceau éponyme de R. Kelly, « Differences » sample le tube éponyme de Ginuwine ou encore « Aaliyah » le track « I Don’t Wanna » de la chanteuse.

Mais si certains de ces morceaux bénéficient d’un réarrangement plus moderne avec des basses imposantes, des snares clinquantes et des synthés vaporeux, dans la veine du style de Lanez, le sampling est souvent particulier. Comme sur « Whats Luv » où le titre donne l’impression que Play Picasso a simplement retiré les couplets de Fat Joe de l’original pour ne garder que le refrain du rappeur et de la chanteuse. Lanez se contentant de chantonner par dessus. De la même manière qu’il le fait sur le morceau « 1 Call » avec la voix assez présente de Chingy pendant le refrain, à tel point que cela ressemble plus à un featuring qu’un sampling.

Mais heureusement le travail est plus discret sur certains des autres morceaux cités plus haut, pour un résultat assez bon de la part du canadien, autant au niveau du chant, que du réarrangement. Cette tape est bercée par un goût de nostalgie de ces années 90 et de ses tubes R’n’B qui ont accompagné la plupart des auditeurs pendant leur adolescence. « Just A Friend » rappelle même le début des années 2000 avec ses voix pitchées, qui rappellent le Kanye West de The College Dropout. Cela est d’ailleurs fait avec suffisamment de passion par Tory pour ne pas sentir de l’opportunisme dans ce choix, ce qui permet de passer outre un sampling parfois hasardeux, voire grossier. Une sensation de vouloir bien faire se dégage de cette nouvelle Chixtape, et c’est tant mieux.

Ce projet est alors une mixtape dans sa forme la plus libre, où Lanez semble plus prendre du plaisir que d’avoir quelque chose à prouver. Une tape pas désagréable mais que la plupart aura vite oublié, surtout les personnes pas vraiment fan de R’n’B à la base.

Laisser un commentaire