Action Bronson – Blue Chips 7000 | Critique

Action Bronson est chiant. A la fois personnage atypique de la télévision américaine avec ses émissions Fuck That's Delicious et Action Bronson Watches Ancient Aliens, et du rap avec ses moult allusions à la bouffe et son humour gras, le rappeur du Queens n'en demeure pas moins très inégal dans sa discographie, et ce depuis plusieurs années. Pourtant avec une bonhomie à toute épreuve et une joie de vivre communicative, Bronson a vu sa côte de popularité grandir au fil des années auprès du grand public, et de ceux qui n'ont pas forcément l'habitude d'écouter du rap. Soit toutes les cartes en main pour vraiment devenir un grand artiste capable de transcender les publics. Dommage que depuis 2012 et la sortie de Rare Chandeliers, sa mixtape entièrement produite par The Alchemist, il ne soit pas parvenu à conclure l'essai et se soit contenter de projets moyens avec quelques coups d'éclats. Pourtant depuis cinq ans Action n'a pas chômé et a notamment sorti différents singles très efficaces comme "Strictly 4 My Jeeps" sur son EP Saab Stories, "Actin Crazy", "Terry", "Baby Blue" ou l'extraordinaire "Eazy Rider", tous les 4 sur son premier album Mr. Wonderful sorti en 2015, sans compter ses nombreux featurings comme celui de l'incroyable "1 Train" d'A$AP Rocky. Non le problème se situe vraiment au niveau de la régularité de Bronson et de sa capacité à sortir un projet complet et travaillé du début à la fin. Qu'Action se sente plus en confiance et ait envie de se faire plaisir – à l'image de ses émissions TV - soit, mais cela paraît de plus en plus être au détriment de sa musique. Là où depuis Dr. Lecter, son très bon premier album sorti en 2011, Bronson ne sortait que des projets originaux et de qualité – le premier Blue Chips…

Continuer la lecture

Charli XCX – Number 1 Angel | Critique

"I don't want to go to school, I just want to break the rules" scandait Charli XCX dans l'un de ses hits issus de Sucker, son deuxième album paru en 2014. 3 ans plus tard, la chanteuse britannique ne veut peut-être toujours pas aller à l'école, mais prend encore un plaisir à briser les règles. Ce qui l'a amené à devenir une des pop stars les plus intéressantes – et déjantées - de ces dernières années. La sortie en 2016 de son EP Vroom Vroom en collaboration avec le producteur Sophie de chez PC Music n'y est pas pour rien et a véritablement marqué un changement dans sa direction artistique. Après un premier album True Romance sorti en 2013 aux influences proches de la dark wave, de la synthpop, la frénésie de Sucker un an plus tard qui la rapprochait plus du rock et du punk avec beaucoup plus de guitares et de batteries prononcées, Vroom Vroom montrait toute l'ampleur du talent et des inspirations de Charli, et aussi la facilité avec laquelle elle arrivait à passer d'un style à un autre. L'EP était un mélange assez savoureux de pop d'avant-garde, de pop plus bubblegum, d'électro sombre et glaçante, de dance music, et de rythmes empruntés à la trap music qu'on retrouve dans le rap mainstream d'aujourd'hui. Et la voix aiguë et trafiquée et l'air sexy et désinvolte de XCX allait très bien avec ce genre de prods, ce qui promet alors pour son 3ème album attendu pour cette année. Plus connue que jamais, Charli XCX décidait donc de sortir une nouvelle mixtape au début du mois de mars intitulée Number 1 Angel en guise d'amuse-gueule de choix, vu qu'on retrouvait Sophie du côté des prods mais aussi A. G. Cook, le créateur du label PC Music. Ce qui…

Continuer la lecture

A Tribe Called Quest – We Got It From Here… Thank You For Your Service

S'il aura fallu attendre 18 ans pour entendre un nouveau disque d'A Tribe Called Quest, leur influence, elle, n'a jamais cessé de se répandre et d'inspirer des générations entières. De la collaboration entre Talib Kweli et Mos Def en 1998, jusqu'à la mixtape Coloring Book de Chance the Rapper sortie cette année, de nombreux artistes sont devenus les héritiers d'une recette initiée par le trio New-Yorkais qui continue d'être pertinente encore aujourd'hui, et ce depuis plus de 25 ans. La sortie d'un disque comme To Pimp a Butterfly de Kendrick Lamar l'an dernier a notamment servi à rendre encore plus pertinente que jamais l'influence de Tribe sur les mélodies avec ce retour en grande pompe du jazz, de la soul et du gospel dans les productions. Le trio du Queens ayant été dès leurs débuts des précurseurs dans le sampling des cuivres dans leurs morceaux. Aujourd'hui semblait alors être la meilleure période pour un retour de la bande à Q-Tip. Même si quiconque ayant vu le documentaire de 2011 ''Beats, Rhymes and Life : The Travels of A Tribe Called Quest'' de Michael Rapaport sait que la réconciliation entre chacun des membres ne serait pas facile, loin de là. Là où le film explore le parcours du groupe durant ses huit ans d'activité, il permet aussi de voir les tensions qui commençaient à ronger la bande de l'intérieur, notamment entre Q-Tip et Phife Dawg. Des tensions qui semblaient avoir laissé des cicatrices profondes. Si le come back de leurs amis De La Soul en 2016 a été plutôt bien reçu par les fans, il n'y avait pas à s'en faire quant au lien qui les unissait pour revenir avec un nouvel album. Pour Tribe, la question se posait vraiment, voire, pour certains fans, pas du tout : un retour du groupe…

Continuer la lecture

Noname – Telefone | Critique

Chicago est-elle en train de devenir la ville la plus excitante du rap américain ? Une question pas si anodine aux vues de l'émulation qu'il y a autour de ses artistes comme les vétérans Kanye West et Common, Mick Jenkins et sa spiritualité et aussi Chance The Rapper qui est sûrement l'artiste le plus intéressant du moment. La rappeuse Noname, anciennement Noname Gipsy, n'en est qu'à sa première mixtape mais vu l'amour et les éloges du public et des critiques, tout indique qu'elle ne va pas tarder à encore plus faire parler d'elle. Et ça serait mérité, tellement Telefone est le projet le plus tendre, rafraîchissant et intelligent entendu cette année. Et pour ça, on peut remercier Chance the Rapper, un très bon ami de Noname, de l'avoir encouragé à se lancer dans le rap, alors que jusque là elle préférait la poésie ou le spoken word. Une des premières apparitions de Noname sur un morceau remonte d'ailleurs à 2013 sur le titre « Lost » tiré de Acid Rap, la deuxième mixtape de Chance. Un autre de ses featurings connu est celui sur le morceau « Comfortable » de Mick Jenkins sur sa mixtape The Waters en 2014 qui était aussi un projet de très bonne qualité. Pourtant il est possible que l'auditeur, aussi averti soit-il, n'ait pas immédiatement été époustouflé par Noname sur ces mêmes morceaux. Non pas que les couplets de Noname n'étaient pas bons quelques années en arrière, au contraire. Mais son style ne se rapproche juste pas des canons habituels qui peuvent faire sauter au plafond instantanément. Mais c'est en réécoutant ces morceaux que l'on se rend compte que Noname avait déjà ce qui rend justement son style attachant. Tout d'abord car elle a plutôt un phrasé lent, voire nonchalant, un peu détaché des fois. Un flow proche d'une…

Continuer la lecture

P V L S Λ R – THE DΛYS WE REMEMBER | Critique

Dans l'espace, tout le monde les entendra chanter. Avec son premier album, P V L S Λ R nous propulse en douceur à travers un voyage spatial fait de morceaux contemplatifs et bourrés d'énergie, non sans une once de solitude et de mélancolie. Dans le morceau « Contact », conclusion de l'album Random Access Memories des Daft Punk en 2013, on pouvait entendre un astronaute conclure « I don’t know whether that does any good, but there’s something out there », après avoir aperçu un objet lumineux non identifié proche de la Terre. La suite du titre était un mélange puissant de synthés et d'orgues grandiloquents accompagnés d'une batterie frénétique. Mais surtout, il y avait ce son aigu, strident et continu, semblable à une fusée lancée à pleine vitesse. Avant de disparaître, comme absorbée par ces sons étranges présents dès la toute fin du morceau, pour finalement céder la place au silence complet. Comme si elle venait de se téléporter et de changer de dimension, avec à son bord, l'équipe des astronautes. THE DΛYS WE REMEMBER , le premier projet de P V L S Λ R , pourrait être la suite de ce morceau. Et se situerait dans une réalité parallèle où, ces hommes de l'espace - incarnés par Kévin Fauvel et Boris Collin – auraient composé un recueil musical inspiré de leur périple spatial après avoir été aspiré par l'infini. Tel un testament d'êtres humains incertains de retrouver le chemin de la Terre ou même de réussir à y établir un contact. D'où ce titre, THE DΛYS WE REMEMBER, qui fait appel aux souvenirs, à la mémoire, voire à l'introspection, et invite à se retrouver, et à replonger dans les sentiments les plus simples. Loin des préoccupations superficielles de nos sociétés causées par le temps qui ne cesse de s'écouler inexorablement.…

Continuer la lecture

Dirty Red Shirts – Dystopia Of Brightless Sun | Critique

2017 fut la bonne. Après nous avoir fait languir pendant une longue période, les Dirty Red Shirts sortent finalement leur premier EP, Dystopia Of Brightless Sun. Et avec lui, résonne déjà l'appel de l'aventure, des rencontres électriques et la satisfaction de l'attente récompensée. Enfin ! Tel Archimède et son « Eurêka ! » à la suite de sa fameuse découverte, le public des Dirty Red Shirts pouvait aussi se laisser aller à une exclamation soudaine à l'annonce de la sortie de Dystopia Of Brightless Sun, le premier projet des quatre messins. Il faut dire que les Dirty traînent leurs chemises à carreaux sur toutes les scènes du coin depuis des années, avec à chaque fois, un répertoire conséquent et une envie de se dépasser doublée d'une énergie communicative en live. Avec à la clé, l'envie de continuer de les suivre et de les voir évoluer, mais aussi de regretter de ne pas avoir un véritable projet à se mettre entre les deux oreilles lorsque le manque de rock qui transpire et qui tâche se fait sentir. Inspirés à leurs origines par des groupes tels que The Black Keys ou The White Stripes, Simon et Erwan, les deux membres d'origines, produisaient un rock garage aux teintes de blues tapageur et faisaient fi d'une soi-disante difficulté de performer au sein d'un duo batterie/guitare. L'arrivée en 2016 du guitariste Théo et du bassiste Marty marquait un tournant pour l'avenir d'un groupe qui devait alors se mettre d'accord sur une nouvelle direction vers laquelle évoluer ensemble. Le nom de l'EP pouvait alors donner des pistes et laisser imaginer un son froid et une ambiance glaciale, avec en tête des œuvres dystopiques de la pop culture. Mais il n'en est rien. Dystopia Of Brightless Sun est un disque brut par moments, certes - fidèle au style du groupe…

Continuer la lecture

Les Meilleurs Albums de 2017 (Milo, Brockhampton, Algiers, Rapsody, Feist, Oh Sees)

https://www.youtube.com/watch?v=VWURAlcQyMI Ni un top, ni une liste exhaustive, une petite sélection d'albums qui m'ont beaucoup plu en 2017. Avec : Milo - Who Told You To Think ?​?​!​!​?​!​?​!​?​! Brockhampton - Saturation I,II,II Algiers - The Underside Of Power Rapsody - Laila's Wisdom Feist - Pleasure Oh Sees - Orc Et vous, quels sont vos albums préférés de 2017 ?

Continuer la lecture